Anticiper les effets des mutations économiques sur les qualifications

Mémo n° 17

juin 2004 , par Olivier Liaroutzos

La perspective de reconvertir des salariés n’apparaît comme une solution qu’en situation de crise, quand les entreprises sont touchées par les restructurations. Cette préoccupation tardive du devenir d’individus subitement contraints à une mobilité est coûteuse économiquement et socialement, tant il est difficile de réussir des reclassements dans ces conditions. L’anticipation des mutations économiques pose donc, en amont, la question d’une évaluation de leurs effets sur les qualifications professionnelles. Le traitement de données relatives à l’évolution des métiers en région et aux profils des personnes qui les exercent, pourrait permettre de développer une fonction d’alerte visant à identifier et à localiser des publics menacés à plus ou moins long terme. Dès lors, les acteurs concernés, notamment les partenaires sociaux, seraient en mesure d’organiser des dispositifs oeuvrant à la préparation de transferts de compétences pour atteindre une meilleure maîtrise des mobilités professionnelles. Une telle approche contribuerait au maintien dans l’emploi de personnes qui ne peuvent, aujourd’hui, se prévaloir d’aucune qualification reconnue.