Quel intérêt spécifique de l’apprentissage pour les personnes en situation de handicap ?

La qualité de l’intégration professionnelle des jeunes en situation de handicap dépend de leur double adaptation : aux situations de travail et aux contraintes imposées par leur état de santé. La formule de l’apprentissage permet de gérer souplement ces deux paramètres. Il joue un rôle de transition entre l’école et le monde du travail, particulièrement pour les jeunes handicapés. Pour eux, ce qui résume la voie de l’apprentissage, c’est qu’elle est basée sur l’importance de la formation de terrain et l’acquisition d’une expérience professionnelle.

Quand on demande aux apprentis d’évaluer de façon générale leur contrat d’apprentissage, le bilan est très majoritairement positif. Ces derniers évoquent principalement le développement de l’autonomie et de la confiance personnelle comme plus-value de ce dispositif.

L’intérêt de cette voie de formation pour les apprentis en situation de handicap comporte :

  • Une dimension relationnelle : l’expérience du monde du travail correspond avant tout à un bénéfice d’intégration dans un réseau et un collectif de travail, à une occasion de réparation après l’expérience souvent difficile de l’école.
  • Une dimension professionnelle : l’apprentissage est une opportunité pour aider le jeune à asseoir ses choix d’orientation professionnelle. Il permet l’expérience, met en place une dynamique qui peut se poursuivre tout le long du contrat.
  • Une dimension pédagogique : les apprentis en situation de handicap, les tuteurs et formateurs sont parties prenantes dans une formation qui fait alterner lieu de travail et lieu de formation. Associer davantage entreprise et CFA pour adapter les rythmes, s’entendre sur les rôles et partager les initiatives majore la plus-value de cette voie de formation, sensibiliser les apprentis au tutorat pour être soutenu dans leur parcours, optimiser les outils existants (livrets d’apprentissage, document de liaison, fiches navettes) multipliera aussi les bénéfices.

La mise en place auprès des professionnels de l’entreprise et des CFA de sessions d’information et de sensibilisation sur les différents types de handicaps et les modalités d’apprentissage qui leur sont adaptées semble souvent une nécessité. Cependant, l’ingénierie d’information sur le handicap est à considérer avec prudence. Les apprentis ne souhaitent pas forcément qu’une information systématique sur leur handicap soit faite auprès des collègues (ou de la classe). L’entrée dans le monde du travail est souvent pour eux l’opportunité de ne plus se positionner uniquement par rapport à leur handicap. L’intégration dans l’entreprise correspond aussi à un enjeu d’autonomie. C’est aussi la présence d’un référent à leur disposition, s’ils le souhaitent, qui est à aménager.
Enfin, d’autres partenaires spécialisés dans le cadre de dispositifs d’accompagnement dans les démarches liées au recrutement de salariés gagneraient à être mieux connus (cf. Thémis handicap).

Voir aussi sur ce thème

Enquête apprentissage et handicap
 

décembre 2012

Autres études