Quelle insertion pour les jeunes en PACA ?

En 2010, en PACA, 55 100 jeunes sont sortis du système éducatif pour entrer pleinement dans la vie active, soit 8 % des sortants sur l’ensemble de la France. Parmi eux, 35 % sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur, 30 % sont bacheliers, 15 % sont diplômés d’un CAP-BEP et 20 % sortent du système éducatif sans aucun diplôme. Comme par le passé, cette proportion de jeunes sortants non-diplômés du système éducatif reste plus élevée qu’en France (17 %).
En région, les jeunes privilégient la voie générale et l’apprentissage au cours de leurs études. Ainsi, 33 % de collégiens optent pour la poursuite d’études en seconde générale ou technologique contre 28 % en France. Après le bac, 40 % des jeunes s’orientent vers l’enseignement universitaire contre 37 % en France. Enfin, 21 % des jeunes sortants sont issus de l’apprentissage contre 18 % en France.

Trois ans après leur sortie du système éducatif en PACA, 64 % des jeunes sont en emploi alors qu’ils sont 67 % dans ce cas en France. Leurs conditions d’emploi sont plus difficiles en PACA qu’en France : 60 % ont un emploi à durée indéterminée (EDI : non-salarié, CDI, fonctionnaire) contre 66 % en France, 19 % ont un contrat à temps partiel contre 16 % en France et les salaires sont globalement inférieurs en région.

Pour autant, en région comme en France, le diplôme continue de protéger du chômage et de favoriser l’accès à un emploi stable. Ainsi en PACA, les trois quarts des diplômés de bac + 5 et plus ont occupé au moins un emploi à durée indéterminée au cours des trois premières années de vie active pour seulement 55 % des bacheliers et 57 % des titulaires d’un CAP-BEP. Les jeunes sans diplôme sont presque deux fois moins nombreux à occuper un emploi au bout des trois ans que les diplômés de bac + 5 et plus (respectivement 44 % et 82 % en PACA).

Au cours des trois premières années de vie active, en PACA comme en France, 9 jeunes sur 10 ont eu au moins un emploi. Mais ce sont des emplois à durée déterminée (EDD : intérim, contrat aidé ou CDD) qui accompagnent le plus souvent ces premiers pas. Le premier emploi obtenu est à durée déterminée pour deux tiers des jeunes. 41 % n’ont même jamais connu d’EDI durant ces trois années (38 % en France).

Les trajectoires d’insertion professionnelle sont plus difficiles en PACA qu’en France, et c’est encore plus vrai pour les enfants d’employé et d’ouvrier et les jeunes issus de l’immigration. En effet en PACA, 67 % des enfants de cadre accèdent de façon durable à l’emploi, contre 47 % des enfants d’employé ou d’ouvrier, soit un écart de 20 points. Quant aux jeunes issus de l’immigration, ils se retrouvent plus souvent en marge de l’emploi en PACA (20 %) que les enfants d’employé et d’ouvrier (16 %) ou les enfants de cadre (3 %).

La principale distinction entre la région et la France concerne les jeunes non diplômés, qui, bien que plus nombreux en région, connaissent une insertion professionnelle moins difficile qu’en France. Ils sont plus nombreux à avoir occupé au moins un emploi au cours des trois premières années de leur insertion (78 % en PACA contre 72 % en France). Au printemps 2013, ils sont moins souvent au chômage (34 % contre 40 %) et ils sont plus nombreux à occuper un emploi (44 % contre 40 %).

Voir aussi sur ce thème

Quand l'école est finie en PACA…
 

juillet 2015

Quand l'école est finie en PACA…
 

juillet 2015

Autres études