Quels métiers permettent aux non-diplômés de s’insérer sur le marché du travail ?

Non-diplômés : personne n’ayant pas suivi de scolarité ou possédant le certificat d’études primaires, le BEPC, le brevet d’étude primaire ou le brevet des collèges.

380 000 non-diplômés travaillent en région PACA, ce qui représente 1 personne en emploi sur 5 pour l’année 2011, soit 20 % de la population active occupée.
Les non-diplômés se concentrent au sein de 5 secteurs principaux :

  • 14 % dans le commerce, réparation de véhicules ;
  • 11 % dans l’administration publique ;
  • 11 % dans la construction ;
  • 10 % dans le médico-social et l’action sociale ;
  • 9 % dans les services administratifs et de soutien.

De ces secteurs ressortent 3 métiers où presque la moitié des effectifs est composée de non-diplômés (moyenne régionale à 20 %) :

  • employés de maison : 56 % de non-diplômés ;
  • ouvriers non qualifiés du gros œuvre du bâtiment, du béton et de l’extraction : 51 % de non-diplômés 
  • agents d’entretien : 45 % de non-diplômés.

Ces métiers offrent majoritairement le statut de salarié mais restent toutefois précaires :

  • Les contrats sont fréquemment établis pour une durée définie et souvent courte. La part des contrats stables oscille entre 65 % et 79 % (moyenne régionale à 85 %).
  • Le premier emploi exercé par des non-diplômés est dans 78 % des cas à durée déterminée (64 % pour les diplômés). Ce constat implique que le parcours professionnel d’une personne non-diplômée est interrompu par des périodes de chômage plus fréquentes et plus longues.
  • Le travail à temps partiel est important en particulier chez les femmes (29 %).

Depuis la fin des années 1990, le nombre de personnes sortant du système éducatif sans aucun diplôme se réduit : 29 % en 1999, 23 % en 2006 et 20 % en 2011. Cette évolution est due au processus de renouvellement générationnel et à une augmentation du niveau de formation initiale.

Une comparaison entre les générations d’actifs occupés démontre un écart considérable dans l’intégration des non-diplômés aux différents métiers. Par exemple, l’écart d’intégration des non-diplômés de moins de 25 ans et ceux de plus de 55 ans est de 40 points pour le métier de conducteur d’engins du bâtiment et des travaux publics.
Cette augmentation du niveau de diplôme de la population, couplée à l’augmentation de la technicité et des normes d’exercice des métiers, complique l’insertion des non-diplômés, quel que soit leur âge.

Il existe ainsi une mise en concurrence des jeunes diplômés avec les non-diplômés. Les jeunes diplômés rencontrent souvent des difficultés lors de la recherche d’un premier emploi. Afin de s’insérer sur le marché du travail, ils candidatent à des métiers demandant un niveau de diplôme inférieur au leur. Ils sont ainsi recrutés en priorité par des employeurs assimilant possession d’un diplôme et potentiel d’adaptation.

L’exigence des compétences requises pour exercer certains métiers est aussi partie prenante de ce phénomène. De nombreuses formations et diplômes se développent afin d’apporter des savoir-faire spécifiques à ces métiers, et conditionnent l’accès aux offres d’emploi. C’est le cas par exemple de la création du diplôme d’État d’auxiliaire de vie sociale (emplois d’aide à domicile), ou encore de la nécessité d’une formation préalable au métier de conducteur d’engins du bâtiment et des travaux publics en raison de la sophistication technologique et du coût des machines. Dans cette continuité, l’offre de formation continue à se développer et se voit être l’unique vecteur permettant d’acquérir de nouvelles compétences et d’assurer sa mobilité professionnelle.

Voir aussi sur ce thème

Quels sont les métiers que l'on peut exercer sans diplôme en PACA<small class="fine"> </small>?
 

janvier 2016

Autres études