Systèmes socioéconomiques locaux : la persistance des polarités territoriales en région Provence Alpes Côte d’Azur

Mémo n° 2 - 4 pages

septembre 2001 , par Bruno Bérenguel

Les préoccupations actuelles de territorialisation des politiques d’emploi et de formation, la connaissance plus fine et actualisée des effets de la reprise de l’emploi et les premiers résultats du recensement de population, nous amènent à reconsidérer notre analyse de l’hétérogénéité de l’ensemble régional , qui était basée pour l’essentiel sur la réalité statistique de l’année 1997, celle de la reprise. Celle reprise marque un inflexion globale de la dynamique d’emploi régionale : l’augmentation de l’emploi s’accompagne désormais d’une diminution sensible du chômage, et ce malgré l’augmentation continue du nombre d’actifs. Il s’avère en réalité que ce passage, d’une « croissance paradoxale » à une « croissance nette », n’a pas bouleversé les grandes polarités du territoire régional observées initialement. Les cinq grands systèmes socioéconomiques locaux de la région, et par là, les effets de ces différentes configurations sur la demande de formation, demeurent d’actualité. La professionnalisation des formations initiales du littoral touristique ; la réduction du décalage entre qualifications disponibles ou produites et celles exigées par les entreprises des zones du pourtour de l’Etang de Berre ; le renforcement du bagage scolaire et le développement d’une offre de proximité dans la basse vallée du Rhône ; l’accroissement de l’offre de formation initiale et continue des zones de moyens pays en forte croissance démographique ou le développement de la double qualification dans les massifs alpins, constituent autant d’enjeux d’actualité. Ces problématiques doivent être débattues par l’ensemble des acteurs régionaux de la relation emploi formation développement. Ce sont des hypothèses que la confrontation avec les acteurs parties prenantes peut transformer en orientations stratégiques susceptibles de guider l’évolution de l’appareil d’éducation et de formation. A cette fin nous revenons sur les différentes caractéristiques et dynamiques qui structurent ces pôles socioéconomiques. Le constat d’une invariance de la structure de l’hétérogénéité régionale a une incidence majeure sur le sens des démarches de diagnostic de territoire : il s’agit moins de repérer l’actualité la plus récente que de mettre en évidence la spécificité des mécanismes qui structurent le fonctionnement de chaque territoire. La cohérence territoriale des politiques d’emploi et de formation s’inscrit moins dans une logique de réponse conjoncturelle que dans une régulation structurelle des mécanismes de reproduction socioéconomique.